Centres désignés

Centres désignés pour l’intervention médicosociale auprès des victimes d’agression sexuelle

Le CISSS des Laurentides compte deux centres désignés pour l’intervention médicosociale auprès des victimes d’agression sexuelle :

 

Un centre désigné pour l’intervention médicosociale auprès des victimes d’agression sexuelle offre différents services d’aide d’urgence médicale et psychosociale à toute victime d’agression sexuelle dont la dernière agression remonte à moins de six mois, peu importe son âge ou son genre. Pour les victimes mineures, le délai de six mois n’est pas applicable, ce qui signifie qu’elles peuvent consulter en centre désigné plus de six mois après l’agression sexuelle.

Les services des centres désignés sont disponibles 24 heures par jour, 7 jours sur 7, et sont assurés par une équipe médicosociale composée d’intervenant(e)s, d’infirmier(ère)s et de médecins, tous et toutes formé(e)s pour venir en aide aux victimes d’agression sexuelle.

Les victimes majeures dont la dernière agression sexuelle remonte à plus de six mois sont invitées à communiquer avec Info-Social ou Info-aide violence sexuelle afin d’être dirigées vers un organisme d’aide approprié. Voir la section Ressources d’aide pour plus d’informations.

Info-aide violence sexuelle : 1 888-933-9007

Info-Social : 811 option 2

Suivi médical à la suite d'un passage en centre désigné pour l'intervention médicosociale auprès des victimes d'agression sexuelle

Lors d'une intervention médicosociale en centre désigné, la quantité d’informations qui est transmise à une victime est élevée. Toutefois, notre capacité à mémoriser cette information en situation de stress est limitée. Afin de s’assurer que l’information relative au suivi médical offert soit accessible facilement aux victimes, voici les deux cas possibles : 

J'ai bénéficié d’une intervention médicosociale au centre désigné de Saint-Jérôme :

Voici ce qu'il faut savoir à propos du suivi médical proposé de façon systématique par la médecine de jour pour les victimes majeures :

  1.  Avant le premier rendez-vous : Un appel vous sera rendu 48 à 72h après votre passage en centre désigné pour fixer un premier rendez-vous en présentiel avec le microbiologiste. Si vous ne répondez pas au premier appel, un maximum de trois relances seront effectuées à des moments différents pour s'assurer d'entrer en contact avec vous. Aucune lettre ne vous sera transmise si à la suite de ces trois relances téléphoniques, nous ne sommes pas en mesure d'entrer en contact avec vous.

  2. Pendant le premier rendez-vous : Une brève évaluation de santé sera complétée par l'infirmier(ère) de la médecine de jour avant que vous rencontriez le microbiologiste, qui à son tour effectuera un suivi de vos résultats de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS) et vous prescrira un plan de traitement conséquent. Il est possible qu'une évaluation physique soit complétée en fonction de votre situation, mais vous pouvez toujours la refuser. En fonction de la disponibilité des médecins, vous pouvez demander à ce que votre examen physique soit effectué par une femme et avez droit d’être accompagné(e) d’un(e) proche. Avant votre départ, de la documentation vous sera remise en lien avec la médication et les dates des prochains suivis téléphoniques (2) seront fixées.

  3. Après le premier rendez-vous : Un suivi téléphonique sera effectué après trois mois suivant votre passage en centre désigné et un dernier sera effectué après six mois.

Nous vous recommandons de participer au suivi médical proposé puisqu'il permet de dépister les ITSS et d’évaluer votre état de santé global. Si vous souffrez d’une ITSS, un traitement conséquent vous sera prescrit.

Pour rejoindre l'équipe de la médecine de jour, vous pouvez communiquer au 450-431-8640 du lundi au vendredi, de 8h à 16h.

Foire aux questions (FAQ)

1. Comment une victime peut-elle initier ou enclencher une intervention médicosociale en centre désigné?

La victime peut se présenter au triage de l’urgence en dévoilant avoir subi une agression sexuelle. Elle ne sera pas questionnée et sera invitée dans une salle spécifique en attendant l’arrivée de l’intervenant(e) psychosocial(e). Elle peut être seule ou accompagnée.

La victime peut également contacter le centre désigné sélectionné aux coordonnées susmentionnées et prévenir de son arrivée afin de préalablement enclencher le processus d’intervention médicosociale.

Si le dévoilement de la victime est effectué dans le cadre de la prestation de services du CISSS des Laurentides, d’un centre de services scolaire, d’un organisme communautaire ou encore d’un service policier, il est possible qu’un(e) partenaire obtienne le consentement de la victime pour aviser directement le centre désigné de son arrivée.


2. Comment une victime peut-elle se préparer à l’intervention médicosociale en centre désigné? 

Bien que les conditions ici basses soient recommandées avant de se présenter en centre désigné, les victimes sont tout de même reçues si elles n’y répondent pas.

  • Apporter sa carte d’assurance maladie ou tout autre document d’assurance maladie.
  • Éviter de se laver.
  • Éviter d’aller à la toilette.
  • Éviter de manger ou de boire.
  • Éviter de prendre des médicaments psychotropes, sauf si sa consommation est régulière et prescrite.
  • Éviter de laver les vêtements portés au moment de l’agression sexuelle et les apporter en centre désigné.

Source : Services | Centres désignés | Service-conseil 


3. Quelles sont les étapes d’une intervention médicosociale en centre désigné?

  • Étape 1 : Accueil et soutien émotionnel 
    Dès l’arrivée de la victime au centre désigné, elle sera accueillie par un(e) intervenant(e) qui lui offrira du soutien tout au long de son passage en centre désigné. Elle aura la possibilité de parler et d’exprimer ses émotions dans un climat sécuritaire.

  • Étape 2 : Orientation de l'intervention
    La victime déterminera avec l’intervenant(e) ainsi que l’infirmier(ère) et le médecin quel type de trousse sera utilisé durant l’intervention. La victime aura le choix entre la trousse médicosociale ou la trousse médicolégale.

    En soi, les deux types de trousses impliquent la complétion de formulaires médicolégaux déposés au dossier médical de la victime à la fin de l’intervention. Une copie de ces formulaires est d’ailleurs transmise aux services policiers si la victime décide de porter plainte. Le recueil de prélèvements médicolégaux tels qu’un échantillon d’urine, un prélèvement sanguin, un écouvillon vaginal, un écouvillon anal, un écouvillon cutané ou encore un rinçage buccal caractérise la trousse médicolégale, qui est physiquement accompagnée d’une boîte scellée pour entreposer les prélèvements. Au contraire, la trousse médicosociale est exclusivement composée des formulaires médicolégaux et n’est attachée à aucune boîte.

  • Étape 3 : Histoire médicosociale
    Selon le récit de la victime, l’intervenant(e) évaluera ses besoins et déterminera les prélèvements indiqués avec l’aide de l’infirmier(ère). Ces informations seront compilées à l’aide d’un formulaire.

  • Étape 4 : Examen médical, trousse médicolégale ou médicosociale, tests et prélèvements
    L’examen médical est toujours effectué par un médecin (femme ou homme). L’intervenant(e) ainsi qu’un(e) infirmier(ère) peuvent parfois être sur place, selon les besoins de la victime et du contexte. Cet examen peut être effectué si la victime décide de porter plainte ou non à la police. Il consiste à :

    • Vérifier son état de santé global.
    • Traiter ses blessures et lésions.
    • Dépister les infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS).
    • Prévenir une grossesse non désirée.
    • Effectuer les prélèvements (seulement pour la trousse médicolégale). 

  • Étape 5 : Soins et traitements
    Cette étape inclut, si cela est pertinent, la prévention d’une grossesse ou des ITSS, le traitement des lésions et des ITSS ainsi que la prescription de médicaments.

  • Étape 6 : Information et soutien, signalement au DPJ, déclaration à la police et références
    Cette étape inclut, selon les circonstances :

    • Le signalement au DPJ.
    • L’accompagnement dans la déclaration à la police (facultatif).
    • La prise de rendez-vous pour les suivis médical et psychosocial.
    • La remise de pièces justificatives qui seront nécessaires pour expliquer une absence au travail ou à l’école.
    • La remise du certificat médical pour avoir accès à l’Indemnisation des victimes d’actes criminels (IVAC).
    • La transmission des coordonnées d’organismes communautaires venant en aide aux personnes victimes d’agression sexuelle, dont les Centres d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel (CALACS), les Centres d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC), les maisons d’hébergement pour victimes de violence conjugale, etc.

  • Étape 7 : Suivi médical
    Environ 48 à 72h suivant le passage de la victime en centre désigné, une équipe médicale assurera un suivi afin de réévaluer l’état de santé général de la victime, déceler une grossesse ou dépister et traiter les ITSS.

  • Étape 8 : Suivi psychosocial
    Sur une base volontaire, un service de suivi psychosocial est offert par le CAVAC dans les semaines suivant le passage des victimes en centre désigné afin de les aider à composer avec leurs réactions et les séquelles potentielles de l’agression sexuelle (EX : Les cauchemars, la peur, l’insomnie, la fatigue, l’anxiété, etc.). Le suivi psychosocial peut également informer la victime des particularités sociojuridiques relatives à un processus de plainte.

    En fonction des besoins de la victime, une relance téléphonique ponctuelle pourrait être organisée par l’intervenant(e) qui effectue l’intervention médicosociale auprès de celle-ci dans les jours suivants son passage en centre désigné. L’objectif de cette relance peut varier, c’est-à-dire qu’elle peut viser à réévaluer l’état de la victime, à assurer sa sécurité, à l’orienter vers les ressources appropriées ou à effectuer une référence formelle vers un service spécifique, par exemple. Elle se distingue d’un suivi psychosocial par sa nature ponctuelle.

Source : Services | Centres désignés | Service-conseil
 


4. Est-ce que l’intervention médicosociale en centre désigné s’effectue uniquement à l’urgence d’un centre hospitalier? 

Au sein du CISSS des Laurentides, le modèle d’intervention en vigueur est offert uniquement à partir de l’urgence afin de centraliser les services reçus par les victimes et de simplifier le processus d’intervention médicosociale.


5. Est-ce qu’une intervention médicosociale en centre désigné implique obligatoirement une plainte? 

Le choix d’effectuer une plainte policière est entièrement celui de la victime. Or, une fois qu’une plainte est déposée ou qu’une situation est dénoncée à la police, il est possible que la décision de poursuivre la personne suspectée soit retirée à la victime. Dans un procès criminel, il incombe effectivement au procureur des poursuites criminelles et pénales de décider si des accusations seront portées au nom de l’État. 

Source : Accuser ou non un suspect d’un crime : le rôle du procureur

Questionnaire sur les soins et services reçus à l’hôpital

  • Vous avez bénéficié d’une intervention au sein d’un des centres désignés des Laurentides? 
  • Vous souhaitez contribuer à l’amélioration des services offerts en centres désignés?  

Nous vous invitons à compléter le sondage suivant de façon complètement anonyme, d’une durée approximative de cinq minutes.

Si vous souhaitez vous impliquer davantage à titre d’usager partenaire ressource (UPR), consultez la page au sujet du Partenariat de soins et services