Itinérance

Un enjeu important

L’itinérance est un enjeu collectif social important qui a pris beaucoup d’ampleur dans les Laurentides au cours des dernières années et qui requiert une adaptation constante. La Direction des programmes Santé mentale, dépendance et services psychosociaux généraux adultes, en collaboration avec les partenaires interministériels, intersectoriels et communautaires, a travaillé activement dans la dernière année à la prévention et à la mise en place de solutions permettant la réinsertion des personnes en situation d’itinérance. 

Personnes ressources

Le dossier transversal de l’itinérance est porté par la direction des programmes santé mentale, dépendance et services psychosociaux généraux. Il s’agit d’un dossier transversal qui touche l’ensemble des directions cliniques et les partenaires des milieux communautaires et intersectoriels.

Émilie Contant
Agente de planification, programmation et recherche
Répondante régionale en Itinérance
Direction des programmes de santé mentale, dépendance et services psychosociaux généraux adultes
emilie_contant@ssss.gouv.qc.ca

Noémie Lacombe
Coordonnatrice régionale des services psychosociaux généraux adulte et des dossiers transversaux
Direction des programmes de santé mentale, dépendance et services psychosociaux généraux adultes
Noemie.lacombe.al@ssss.gouv.qc.ca


Documentation

Définition de l’itinérance

« L’itinérance désigne un processus de désaffiliation sociale et une situation de rupture sociale qui se manifestent par la difficulté pour une personne d’avoir un domicile stable, sécuritaire, adéquat et salubre en raison de la faible disponibilité des logements ou de son incapacité à s’y maintenir et, à la fois, par la difficulté de maintenir des rapports fonctionnels, stables et sécuritaires dans la communauté. L’itinérance s’explique par la combinaison de facteurs sociaux et individuels qui s’inscrivent dans le parcours de vie des hommes et des femmes ».

Cette définition de l’itinérance énoncée dans la Politique nationale de lutte à l’itinérance permet de mettre en relief la nature complexe du parcours des personnes en situation d’itinérance ou à risque de le devenir. 

Plan d’action interministériel en itinérance 2021-2026 - S’allier devant l’itinérance

Avec le nouveau plan d’action interministériel, le Québec fait du phénomène de l’itinérance une responsabilité collective : soit de consolider les actions pour prévenir et réduire l’itinérance. De plus, le PAII 2021-2026 mise sur l’implication et la collaboration de tous les partenaires interministériels, intersectoriels et communautaires afin de multiplier leurs expertises.

Documentation spécifique à la région des Laurentides

Afin d’avoir une compréhension globale du phénomène de l’itinérance ainsi que les indicateurs et cibles associés afin de réduire cette problématique, voici la documentation spécifique aux Laurentides en lien avec l’itinérance.


Programme ESPOIR

Le CISSS des Laurentides s’est vu octroyer un financement spécifique par l’entremise du Plan d’action interministériel en itinérance 2021-2026 – S’allier devant l’itinérance (PAII). Ce montant a facilité l’ajout d’effectifs et l’adaptation de l’offre de service pour une prise en charge globale des besoins particuliers de personnes en situation d’itinérance ou à risque de le devenir. Ces investissements provinciaux sans précédent nous ont permis de se doter d’une vision innovante dans le milieu de l’itinérance et de développer de façon permanente des services intégrés dans les Laurentides.

Équipe de Suivi de Proximité Offrant de l’Intervention en Réinsertion

Conformément aux meilleures pratiques cliniques et organisationnelles en itinérance, le CISSS des Laurentides a mis de l’avant le Programme ESPOIR composé d’intervenants cliniques spécialisés en itinérance et dépendance dont des infirmières cliniciennes et des agents de relations humaines et ce, avec le soutien de psychiatres et médecins répondants.  Ce service permet d’adapter l’offre de soins afin de rejoindre directement les personnes en situation d’itinérance dans leurs milieux de vie, au moment le plus approprié, pour leur offrir les services dont elles ont besoin, en particulier par la pratique « outreach » afin de contrer le phénomène des portes tournantes et les consultations à l’urgence.

Ce travail en amont est essentiel afin de pouvoir bien repérer, accéder et se rapprocher des personnes en situation d’itinérance. L’adhésion aux soins par cette population vulnérable est fragile et nécessite une adaptation des accès au CISSS par le développement de services de proximité en adéquation avec les priorités régionales identifiées avec les partenaires. En ce sens, le programme ESPOIR est présent à chaque semaine sur le territoire afin d’intervenir en collaboration avec les partenaires du milieu afin de travailler à la réinsertion des personnes en situation d’itinérance. 

Communiquez directement avec l’équipe à l’adresse suivante espoir.cissslau@ssss.gouv.qc.ca ou au 450 432-2777 p. 26774.

Collaboration gagnante!

Une collaboration gagnante au profit des personnes en situation d’itinérance a été conclue avec l’Université du Québec en Outaouais (UQO). L’élaboration du cadre de référence des pratiques du programme ESPOIR sera réalisée par l’UQO également en partenariat avec le Centre de recherche de Montréal sur les inégalités sociales, les discriminations et les pratiques alternatives de citoyenneté (CREMIS) et le Centre d’expertise et de collaboration en troubles concomitants (santé mentale et dépendance) du RUISSS de l’Université de Montréal. Cette collaboration favorisera l’accompagnement et l’élaboration de meilleures pratiques en itinérance en veillant à adapter le tout au territoire des Laurentides spécifiquement. Le cadre de référence sera réalisé de pair avec les partenaires intersectoriels, interministériels et communautaires oeuvrant en itinérance.

Personne ressource

Andrée Bédard
Cheffe d’administration du programme ESPOIR
Direction des programmes de santé mentale, dépendance et services psychosociaux généraux adultes
andree.bedard.lddm@ssss.gouv.qc.ca


Processus RAMQ

Les personnes en situation d’itinérance font face à de nombreuses problématiques de santé physique et mentale dont la complexité nécessite une prise en charge médicale globale. Afin de faciliter la démarche d’obtention de la carte d’assurance maladie, le processus simplifié et allégé d’obtention de la carte d’as­surance maladie pour les personnes en situation d’itinérance (PACAM) mis en place par la RAMQ et le MSSS est offert au CISSS des Laurentides.

Voici les étapes d’obtention de la carte d’assurance maladie :

  1. La personne doit faire attester son identité par l’intervenant de suivi du CISSS ou d’un organisme partenaire (hébergement d’urgence, café ou centre de jour en itinérance, etc.). Le formulaire est complété aux fins d’authentification.

  2. Avec la confirmation d’identité, la personne en situation d’itinérance se rend dans un point de service identifié afin de compléter la démarche et prendre la photo. Voici les points de services identifiés :

    • CLSC de Thérèse-De Blainville
    • CLSC Jean-Olivier-Chénier
    • CLSC Lafontaine – (Programme ESPOIR)
    • CLSC d'Argenteuil
    • CLSC de Saint-Sauveur
    • CLSC de Sainte-Agathe-des-Monts
    • CLSC de Mont-Laurier 

    Si la personne est actuellement hospitalisée, le processus peut également se faire à l'hôpital de Saint-Jérôme.

  3. Réception de la carte d'assurance maladie directement à l'organisme partenaire ou au point de services du CISSS demandé.

Personne ressource

Stéphanie Lasorsa
Agente de planification, programmation et recherche
Direction des programmes de santé mentale, dépendance et services psychosociaux généraux adultes stephanie.lasorsa.cjl@ssss.gouv.qc.ca


Accès logement

L’accès au logement est un défi persistant pour les personnes en situation d’itinérance. Dans les Laurentides, il a d’ailleurs été constaté une réduction importante du nombre de logements disponibles ainsi qu’une hausse significative des coûts de location. Au moyen du Plan d’action interministériel en itinérance 2021-2026 qui permet de faciliter l’accès au logement, la région des Laurentides s’est vue octroyer 51 programmes de suppléments au loyer d’urgence (PSL-U). Dans le cadre de cette mesure, les critères d’admissibilité au programme ont été assouplis pour répondre aux besoins spécifiques des personnes en situation d’itinérance, notamment en allégeant la documentation à fournir. Le programme inclut également un suivi de stabilité résidentielle avec accompagnement (SRA) réalisé par les intervenants du Programme ESPOIR ainsi que nos partenaires communautaires. 

À ce jour, des ententes sont convenues avec plusieurs offices d’habitation du territoire permettant de rendre accessibles les PSL- U dans les secteurs suivants : 

  • Saint-Jérôme
  • Lac-des-Deux-Montagnes 
  • Thérèse-De Blainville
  • Mirabel
  • Argenteuil  

Ces collaborations constituent un pas significatif vers la mise en place de solutions durables pour contrer l’itinérance.


Partenaires communautaires

La liste sommaire des services en itinérance comprenant les hébergements d’urgence et transitoire ainsi que les centres de jour/soir du territoire des Laurentides est maintenant disponible afin de soutenir les intervenants dans les références vers les organismes communautaires œuvrant en itinérance.

Le document sera mis à jour régulièrement en fonction des informations obtenues du milieu.

En cas de besoin, afin de guider votre référencement, il est vous est suggéré de prendre contact avec l’équipe d’Info Social 811. Info Social met à jour de façon régulière leur bottin des ressources des Laurentides. Si vous avez davantage de questions sur l’offre de services des organismes et pour réaliser un référencement personnalisé il est fortement suggéré de les contacter directement. 

Les institutions et les intervenants de tous les domaines concernés par l’habitation, la santé, les services sociaux, le revenu, l’éducation, l’insertion sociale, l’insertion socioprofessionnelle, la gestion de l’espace public et la judiciarisation partagent la responsabilité de prévenir et de contrer l’itinérance. Ces créneaux d’intervention obéissent à des missions, des règles et des exigences administratives qui sont parfois difficiles à concilier. Leur coordination, voire leur complicité, s’avère cependant essentielle pour assurer une intervention efficiente (usage optimal des ressources), efficace (atteinte des résultats) et une plus grande accessibilité aux services.