Aller au menu principal
Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides.
Accueil  >  Santé publique  >  Statistiques et analyses  >  Fiches Regard Santé  >  Traumatismes non intentionnels  >  Hospitalisation spécifique à une lésion traumatique causée par un traumatisme non intentionnel

Hospitalisation spécifique à une lésion traumatique causée par un traumatisme non intentionnel

Fiche complète

 Fiche Regard Santé - Hospitalisation spécifique à une lésion traumatique causée par un traumatisme non intentionnel (615 Ko) (septembre 2015)

Faits saillants

Taux d'hospitalisation causée par un TNI en baisse dans la région

Depuis la période 1998-2001 le taux d'hospitalisation spécifique à une lésion traumatique causée par un TNI est en baisse dans la région des Laurentides. Alors que dans les périodes précédentes la région des Laurentides présentait des taux significativement supérieurs au Québec, pour la période 2010-2013 ce n'est plus le cas. Même si le taux ajusté pour l'âge est à la baisse, on remarque une augmentation du nombre annuel moyen d'hospitalisations en raison de l'accroissement et du vieillissement de la population.

Les données par territoire de RLS montrent que seul le RLS de Thérèse-De Blainville présente un taux significativement inférieur à la région des Laurentides pour la période 2010-2013. En revanche, les RLS d'Antoine-Labelle, des Pays-d'en-Haut et des Laurentides présentent des taux supérieurs à la région.

Taux d'hospitalisation causée par un TNI sont semblables chez les hommes et les femmes

Les taux d'hospitalisation spécifique à une lésion traumatique causée par un TNI sont semblables selon le sexe dans la région des Laurentides pour la période 2010-2013. Historiquement, on observait des taux d'hospitalisation causés par un TNI plus élevés chez les hommes que chez les femmes. Alors que le taux des femmes suivait une tendance à la hausse pendant que celui des hommes était à la baisse, a fait en sorte que le taux des femmes a rejoint celui des hommes à la période 2010-2013. Au Québec, on observe également cette inversion depuis la période 2006-2009. Les femmes ont maintenant un taux supérieur à celui des hommes. Les femmes sont plus souvent hospitalisées pour traumatisme en raison d'une chute que les hommes (voir la Fiche Regard Santé sur les hospitalisations spécifiques à une lésion traumatique causée par une chute).

Le taux d'hospitalisation causée par un TNI est significativement inférieur chez les femmes de la région comparativement au Québec, tandis que le taux chez les hommes est supérieur à la province.

Tendance à la baisse du taux d'hospitalisation causé par un TNI chez les jeunes

On remarque une tendance à long terme à la baisse des taux d'hospitalisation spécifique à une lésion traumatique causée par un TNI des trois groupes d'âge chez les jeunes de la région et du Québec. Les taux des 5 à 11 ans et des 12 à 17 ans sont significativement plus élevés dans la région des Laurentides comparativement au Québec à la période 2010-2013. Les taux d'hospitalisation chez les moins de 5 ans sont comparables dans la région et au Québec.

À la période 2010-2013, les chutes étaient responsables d'environ la moitié des hospitalisations spécifiques à une lésion traumatique causée par un TNI chez les tout-petits de 4 ans ou moins. Les activités d'origine récréative et sportive et les intoxications étaient responsables chacune d'un peu plus de 10 % des hospitalisations pour TNI. La répartition des causes est différente chez les jeunes plus âgés. Les activités d'origine récréative et sportive sont responsables d'environ la moitié des hospitalisations pour TNI des 5 à 11 ans et des 12 à 17 ans (voir la fiche Regard Santé sur les taux d'hospitalisation spécifique à une lésion traumatique causée par une activité d'origine récréative et sportive).

Taux d'hospitalisation causée par un TNI à la baisse chez les adultes

On remarque une baisse des taux d'hospitalisation spécifique à une lésion traumatique causée par un TNI dans les groupes d'âge d'adultes de 18 à 64 ans. La baisse a été plus marquée chez les 18 à 24 ans.

La région des Laurentides présente des taux plus élevés qu'au Québec pour les trois groupes d'âge d'adultes depuis 1994-1997. L'écart entre la région et le Québec s'est rétréci chez les 45-64 ans.

Durant la période 2010-2013, les taux d'hospitalisation sont plus élevés chez les 45 à 64 ans, suivis par les 18 à 24 ans et des 25 à 44 ans.

Environ le tiers des hospitalisations causées par un TNI sont d'origine récréative et sportive chez les 18 à 24 ans pour la période 2010-2013 et un peu moins du tiers sont causées par les accidents de véhicules à moteur. Les traumatismes d'origine récréative et sportive et les tentatives de suicide représentent chacun environ le cinquième des hospitalisations causées par un TNI chez les 25 à 44 ans. Les chutes représentent plus de 60 % des hospitalisations causées par un TNI chez les 45 à 64 ans.

Taux d'hospitalisation causée par un TNI élevé chez les 75 ans ou plus

Les taux d'hospitalisation spécifique à une lésion traumatique causée par un TNI chez les aînés de 65 ans ou plus sont plus élevés que chez les jeunes et les adultes de moins de 65 ans. Le taux est particulièrement élevé chez les 75  ans ou plus avec 268 hospitalisations pour 10 000 personnes comparativement à 71 pour 10 000 chez les 65 à 74 ans.

La région des Laurentides présente des taux plus élevés qu'au Québec à la période 2010-2013 pour les deux groupes d'âge. Le taux des 75 ans ou plus suit une tendance à la hausse dans la région et au Québec, alors que le taux des 65 à 74 ans fluctue d'une période à l'autre.

Les chutes représentent plus de 90 % des hospitalisations causées par un TNI chez les 75 ans ou plus.

Dernière mise à jour le : 29 septembre 2015


© Gouvernement du Québec 2017