Aller au menu principal
Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides.
Accueil  >  Santé publique  >  Statistiques et analyses  >  Fiches Regard Santé  >  Traumatismes non intentionnels  >  Hospitalisation spécifique à une lésion traumatique causée par un traumatisme d'origine récréative et sportive

Hospitalisation spécifique à une lésion traumatique causée par un traumatisme d'origine récréative et sportive

Fiche complète

 Fiche Regard Santé - Hospitalisation spécifique à une lésion traumatique causée par un traumatisme d'origine récréative et sportive (580 Ko) (septembre 2015)

Faits saillants

Taux d'hospitalisation causée par traumatisme d'origine récréative et sportive plus élevé dans la région

Durant la période 2010-2013, la région des Laurentides présente un taux d'hospitalisation causée par un traumatisme d'origine récréative et sportive significativement plus élevé que le Québec. On observe un écart avec le Québec depuis la période 1998-2001.

Le graphique illustre une tendance plutôt stable sauf entre les périodes 2002-2005 et 2006-2009. Cette hausse est attribuable à un changement de codification des hospitalisations plutôt qu'à une réelle augmentation.

À la période 2010-2013, le territoire de RLS des Laurentides présente un taux d'hospitalisation supérieur à la région, alors que les territoires de Thérèse-De Blainville et d'Argenteuil affichent des taux inférieurs.

Taux d'hospitalisation causée par un traumatisme d'origine récréative et sportive plus important chez les hommes que chez les femmes

Dans la région comme au Québec, on remarque que le taux d'hospitalisation causée par un traumatisme d'origine récréative et sportive est plus important chez les hommes que chez les femmes. Par exemple, on recensait en moyenne 271 hospitalisations par année chez les hommes comparativement à 115 hospitalisations chez les femmes dans la région des Laurentides durant la période 2010-2013.

Les taux sont plus élevés dans la région qu'au Québec chez les hommes de même que chez les femmes.

L'évolution du taux d'hospitalisation causée par un traumatisme d'origine récréative et sportive est similaire chez les hommes et les femmes. Les taux sont assez stables, sauf entre 2002-2005 et 2006-2009, où l'augmentation apparente est attribuée au changement de codification des hospitalisations.

Des taux d'hospitalisation causée par un traumatisme d'origine récréative et sportive plus importants chez les jeunes

Parmi les groupes d'âge, les taux d'hospitalisation causée par un traumatisme d'origine récréative et sportive (TORS) sont plus importants chez les jeunes de 12 à 17 ans, de 5 à 11 ans et de 18 à 24 ans que dans les autres groupes d'âge.

À la période 2010-2013, on remarque que la région des Laurentides présente des taux d'hospitalisation significativement plus élevés que le Québec pour presque tous les groupes d'âge sauf chez les 0 à 4 ans et les 25 à 44 ans. Il est difficile de comparer les tendances de chacun des groupes d'âge, car le changement de codification survenu en 2006 n'affecte pas tous les groupes d'âge de la même façon.

Dans la région des Laurentides, les principales activités pratiquées lors du traumatisme sont pratiquement les mêmes selon le groupe d'âge, soit le cyclisme, les véhicules tout-terrain (VTT) ainsi que le ski et la planche à neige. Plus particulièrement chez les jeunes de moins de 18 ans, on constate que les traumatismes survenus sur les terrains de jeu comptent le plus grand nombre d'hospitalisations causées par un TORS. Chez les jeunes adultes, ce sont les accidents de VTT qui causent le plus grand nombre d'hospitalisations causées par un TORS. Chez les groupes de plus de 30 ans, les blessures causées par des mouvements répétitifs ou des charges trop lourdes durant la pratique d'une activité récréative et sportive constituent la principale cause d'hospitalisations.

Les fractures des membres inférieurs et des membres supérieurs représentent plus de la moitié des blessures ayant nécessité une hospitalisation causée par un TORS.

 

Dernière mise à jour le : 29 septembre 2015


© Gouvernement du Québec 2017