Aller au menu principal
Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides.
Accueil  >  Santé publique  >  Statistiques et analyses  >  Fiches Regard Santé  >  Maladies infectieuses  >  Incidence de l'infection à Chlamydia

Incidence de l'infection à Chlamydia

Fiche complète

 Fiche Regard Santé - Incidence de l'infection à Chlamydia  (540 Ko) (octobre 2016)

Faits saillants

La tendance à la hausse de l'incidence de la chlamydiose se poursuit

Près de 1 900 cas de chlamydiose ont été déclarés dans la région des Laurentides en 2015. Le taux d'incidence de la chlamydiose de la région est significativement plus élevé que celui du Québec depuis 2009. La tendance générale entre 2002 et 2015 illustre un accroissement du nombre annuel de cas se traduisant par une hausse des taux d'incidence.

Au niveau local, en 2015, le RLS de Deux-Montagnes─Mirabel-Sud présente un taux significativement inférieur à la région et à l'opposé, le RLS Rivière-du-Nord─Mirabel-Nord présente un taux significativement supérieur à la région.

Une surreprésentation des femmes parmi les cas de chlamydiose

La différence entre le taux d'incidence observé dans la région des Laurentides et celui du Québec s'explique principalement par un taux plus élevé chez les femmes. Chez les hommes, les taux de la région et du Québec sont semblables. Dans la région, les femmes représentent 67 % des nouveaux cas déclarés de chlamydiose en 2015. On remarque normalement une tendance à la hausse des taux d'incidence chez les hommes et les femmes, mais en 2015, le taux chez les femmes est stable comparativement à 2014. Cette infection est dépistée principalement chez les femmes, probablement parce qu'elles sont en contact plus régulièrement avec un médecin, notamment lors des consultations pour contraception.

Le taux d'incidence de chlamydiose de quelques territoires se démarque de celui de la région en 2015. Le RLS de Deux-Montagnes─Mirabel-Sud présente des taux inférieurs à la région chez les hommes et les femmes, alors que le RLS Rivière-du-Nord─Mirabel-Nord présente des taux supérieurs à la région. On remarque également que les femmes du RLS Thérèse-De Blainville ont un taux significativement inférieur à la région. Les variations entre les taux des territoires peuvent découler en partie de différences dans l'offre de service et dans l'efficacité du dépistage sur le territoire.

Une incidence de chlamydiose beaucoup plus élevée chez les jeunes

Le groupe des 15 à 24 ans présente un taux d'incidence de chlamydiose beaucoup plus important que dans les autres groupes d'âge. Environ 67 % des nouveaux cas déclarés sont âgés entre 15 et 24 ans en 2015. Dans la région comme pour le Québec, la population de 15 à 24 ans se démarque largement des autres groupes d'âge avec un taux d'incidence plus de cinq fois supérieur à celui de l'ensemble de la population.

En 2015, la région des Laurentides présente un taux d'incidence de la chlamydiose plus élevé que le Québec pour les 15 à 24 ans. En contrepartie, les 40 à 59 ans affichent un taux d'incidence inférieur à celui du Québec.

Le graphique illustre une tendance à la hausse importante chez les 15 à 24 ans jusqu'en 2014, suivi d'une baisse en 2015. Chez les 25 à 39 ans, on observe une hausse modérée entre 2013 et 2015. Le taux d'incidence des 40 à 59 ans a remonté quelque peu en 2015 après avoir régressé entre 2013 et 2014.

Dernière mise à jour le : 04 octobre 2016


© Gouvernement du Québec 2017