Aller au menu principal
Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides.
Accueil  >  Santé publique  >  Statistiques et analyses  >  Fiches Regard Santé  >  Maladies chroniques  >  Incidence des maladies pulmonaires obstructives chroniques

Incidence des maladies pulmonaires obstructives chroniques

Fiche complète

 Fiche Regard Santé - Incidence des maladies pulmonaires obstructives chroniques  (1.0 Mo) (mars 2016)

Faits saillants

Des taux d'incidence de maladies pulmonaires obstructives chroniques semblables dans la région et au Québec

Durant l'année 2013-2014, on comptait 2165 nouveaux cas de MPOC dans la région des Laurentides. Pour évaluer l'évolution du risque de la maladie, on calcule un taux d'incidence ajusté pour l'âge afin d'annuler l'effet du changement dans la structure d'âge de la population. On observe dans le graphique que le taux ajusté d'incidence de MPOC a enregistré une légère hausse en 2013-2014 après avoir connu une baisse depuis 2008-2009. La région avait un taux significativement inférieur au Québec depuis l'année 2003-2004, mais ce n'est plus le cas en 2013-2014.

Les territoires de RLS de la région affichent des taux d'incidence très différents, allant de 4,3 nouveaux cas pour 1000 habitants dans le RLS des Pays-d'en-Haut à 16,8 pour 1000 dans le RLS d'Argenteuil. Les écarts observés entre les territoires peuvent représenter un risque distinct de développer la maladie, un accès différent au médecin traitant et à l'hospitalisation ainsi qu'au diagnostic de la maladie.

Taux d'incidence de MPOC des femmes de la région supérieur au Québec

Les femmes de la région présentaient dans les dernières années des taux assez similaires à celles du Québec jusqu'en 2013-2014 où elles présentent un taux légèrement supérieur. Depuis 2001-2002, on observe des taux d'incidence plus faibles chez les hommes de la région des Laurentides que chez ceux du Québec, à l'exception de la dernière période observée où les taux sont similaires. Les écarts entre la région et le Québec ne s'expliquent pas nécessairement par un risque plus faible de la maladie dans la région. La maladie pourrait être moins ou plus diagnostiquée.

En 2013-2014, les taux d'incidence de MPOC des hommes et des femmes sont assez semblables dans la région. Avant 2009-2010, les hommes présentaient toutefois des taux d'incidence supérieurs aux femmes. Au Québec, on observe encore des taux d'incidences supérieurs chez les hommes que chez les femmes, mais l'écart est toujours en diminution.

Dans le graphique, on remarque que les taux d'incidence de MPOC sont relativement stables chez les hommes et chez les femmes après avoir connus une forte baisse jusqu'à l'année 2005-2006. Le tabagisme étant responsable de 80 à 90 % des MPOC, l'incidence de la maladie suit généralement les tendances de l'usage du tabac avec quelques années de décalage.

Taux d'incidence des MPOC augmente avec l'âge

Le taux d'incidence de MPOC varie selon les groupes d'âge, il passe de 3,4 % chez les 35 à 59 ans à 20,0 % chez les 75 ans ou plus dans la région des Laurentides en 2013-2014.

Les taux d'incidence de MPOC sont semblables dans la région et au Québec pour tous les groupes d'âge.

Les taux d'incidence de MPOC sont relativement stables pour la plupart des groupes d'âge depuis 2006-2007. Toutefois, les taux d'incidence des 70 à 74 ans et des 75 ans ou plus tendent à remonter dans les dernières années.

Taux d'incidence de MPOC chez les aînés plus élevé dans la région des Laurentides

En 2013-2014, la région des Laurentides présente un taux ajusté d'incidence de MPOC plus élevé que la province chez les 65 ans ou plus, soit environ 15,8 %.

Toutefois, le taux d'incidence varie beaucoup d'un territoire de RLS à l'autre. Le taux d'incidence passe de 10,1 % dans le RLS des Laurentides à 34,1 % dans le RLS d'Argenteuil.

Le graphique montre une tendance à la baisse du taux d'incidence de MPOC chez les 65 ans ou plus au Québec, alors que le taux de la région a cessé de diminuer en 2009-2010. Il tend même à remonter légèrement depuis 2010-2011.

Dernière mise à jour le : 15 mars 2016


© Gouvernement du Québec 2017