Aller au menu principal
Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides.
Accueil  >  Santé publique  >  Statistiques et analyses  >  Fiches Regard Santé  >  Environnement social (adaptation sociale)  >  Élèves du secondaire ayant vécu de la violence lors de relations amoureuses

Élèves du secondaire ayant vécu de la violence lors de relations amoureuses

Fiche complète

 Fiche Regard Santé - Élèves du secondaire ayant vécu de la violence lors de relations amoureuses  (553 Ko) (Avril 2015)

Faits saillants

Environ 4 élèves sur 10 infligent et/ou subissent de la violence lors de leurs relations amoureuses

Dans la région et dans l'ensemble du Québec, environ 40 % des élèves ont vécu de la violence dans leurs relations amoureuses (c'est-à-dire qu'ils ont subi de la violence sans en infliger, infligé de la violence sans en subir ou bien encore qu'ils en ont subie et infligée).

Par ailleurs, on observe dans la région une proportion plus élevée qu'au Québec d'élèves ayant infligé ET subi de la violence dans leurs relations amoureuses (18 % c. 16 %).

Dans la région, à l'instar du Québec, le type de violence infligée et/ou subie le plus fréquemment déclaré par les élèves est la violence psychologique (32,1 %), suivie de la violence physique (20,1 %) et finalement de la violence sexuelle (11,0 %) (données non présentées).

Notons également que, comparativement à l'ensemble de la province, la région affiche des proportions supérieures de violence psychologique infligée (19,2 % c. 17,3 %) et de violence psychologique subie (25,4 % c. 21,8 %) (données non présentées).

 

Proportion plus importante de violence vécue chez les filles que chez les garçons

Les filles sont proportionnellement plus nombreuses que les garçons à avoir infligé et/ou subi de la violence (49,3 % c. 33,3 %). Toutefois, les filles sont plus nombreuses que les garçons à admettre qu’elles infligent de la violence dans leurs relations amoureuses.

Autant dans la région qu'au Québec, les élèves du 2e cycle présentent une proportion supérieure de violence infligée et/ou subie à ceux du 1er cycle (région : 44,9 % c. 35,0 %) (données non présentées).

Dernière mise à jour le : 15 février 2016


© Gouvernement du Québec 2017