Aller au menu principal
Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides.
Accueil  >  Santé publique  >  Statistiques et analyses  >  Fiches Regard Santé  >  Dimension socioéconomique  >  Indicateurs socioéconomiques du recensement 2006  >  Ménages consacrant plus de 30% des revenus au logement

Ménages consacrant plus de 30% des revenus au logement

Fiche complète

 Fiche Regard Santé - Ménages consacrant plus de 30% des revenus au logement  (261 Ko) (novembre 2011)

Faits saillants

Une tendance à l'amélioration

La proportion de ménages de la région qui consacrent plus de 30 % de leur revenu pour se loger est plus faible que dans l'ensemble du Québec. Globalement, cette proportion diminue dans le temps, mais de façon moins marquée entre 2001 et 2006 que pour la période précédente. On constate même, en 2006, une augmentation pour les territoires de Thérèse-De Blainville et des Laurentides.

Les territoires des Pays-d'en-Haut et des Laurentides, caractérisés par un secteur récréotouristique important, sont ceux où on retrouve la plus forte proportion de ménages consacrant plus de 30 % de leur revenu au logement. Les territoires de Thérèse-De Blainville et de Deux-Montagnes - Mirabel-Sud, à vocation largement résidentielle, se situent sous la proportion régionale. Le territoire Rivière-du-Nord - Mirabel-Nord est celui où on retrouve le plus grand nombre absolu de ménages dans cette situation.

Plus du tiers des ménages locataires consacrent plus de 30 % de leur revenu aux dépenses de logement

De 1996 à 2006, le pourcentage de ménages locataires qui consacrent plus de 30 % de leur revenu aux dépenses de logement a diminué de façon un peu plus prononcée dans la région qu'au Québec. Seul le territoire de Thérèse-De Blainville, qui est toutefois le plus populeux, a une proportion inférieure à la proportion régionale.

Les proportions les plus élevées se retrouvent dans deux territoires qui ont globalement des profils socioéconomiques très différents : le RLS d'Antoine-Labelle, l'un des territoires les plus défavorisés de la région sur le plan matériel; le RLS des Pays-d'en-Haut, caractérisé par un fort secteur récréotouristique et un revenu moyen élevé (données non présentées). La situation de ce dernier territoire rappelle que des inégalités socioéconomiques importantes peuvent se cacher derrière un portrait d'ensemble favorable.

Une situation à géométrie variable selon les territoires

La proportion de ménages qui consacrent plus de 30 % de leur revenu pour se loger est nettement moins élevée chez les propriétaires que chez les locataires. Cet indicateur traduit moins systématiquement une situation de défavorisation chez les propriétaires, dans la mesure où on y retrouve plus souvent des ménages ayant une marge de manœuvre financière qui leur permet de consacrer une part importante de leur revenu au logement sans que cela affecte leurs autres dépenses essentielles (données non présentées).

La proportion de la région est supérieure à celle de la province. Après une diminution marquée de 1996 à 2001, elle a légèrement augmenté de 2001 à 2006. Cette hausse est essentiellement attribuable à trois territoires : le RLS de Thérèse-De Blainville, qui demeure toutefois sous la proportion régionale; le RLS des Pays-d'en-Haut, dont la proportion est la plus importante de la région pour les trois années; mais surtout le RLS des Laurentides, qui a connu un bond notable de 2001 à 2006. Cette dernière situation peut avoir un lien avec les développements domiciliaires dans les secteurs récréotouristiques du territoire.

Le territoire d'Antoine-Labelle, globalement peu favorisé au plan socioéconomique, a toutefois la plus faible proportion de ménages propriétaires devant fournir une part considérée importante de leur revenu pour se loger.

 

Dernière mise à jour le : 12 janvier 2016


© Gouvernement du Québec 2017