Aller au menu principal
Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides.
Accueil  >  Santé publique  >  Environnement  >  Radon  >  Le radon peut causer le cancer du poumon

Le radon peut causer le cancer du poumon


L’exposition au radon est la deuxième cause de mortalité par cancer du poumon après le tabagisme, et la première chez les non-fumeurs. Les études réalisées à l'échelle internationale estiment que 3 à 14 % de tous les décès par cancer du poumon sont associés au radon (OMS, 2009). Une publication récente de Santé Canada rapporte qu'au pays, près de 16 % des décès par cancer du poumon pourraient y être associés.

Si vous et votre famille respirez durant plusieurs dizaines d’années un air contenant de fortes concentrations de radon, votre risque de contracter un cancer du poumon est supérieur à celui de l’ensemble de la population.

On considère qu’il n’y a pas de risque « zéro ». L’ampleur du risque de cancer dépend du niveau de radon dans le bâtiment, de la durée de l’exposition et du fait que les occupants soient fumeurs ou non.

En effet, le risque relié au radon est beaucoup plus important si la personne exposée est fumeuse.
Par exemple, comme le montre le tableau ci-dessous, un non-fumeur exposé 8 heures par jour durant toute sa vie à  800 Bq/m3 (166 Ko) a une chance sur vingt (5 %) de contracter un cancer du poumon, alors que ce risque augmente considérablement pour un fumeur exposé aux mêmes conditions, soit une chance sur trois (30 %).

Le radon n’est associé à aucun autre problème de santé. Par exemple, il ne donne pas de bronchite, d’asthme ou de maux de tête. Il ne cause pas non plus de malformation congénitale, ni aucune autre forme de cancer.

La plupart des organismes de santé publique à travers le monde, Santé Canada et le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec considèrent que le radon est un risque à la santé et interviennent chacun à leur niveau respectif pour diminuer l’exposition de la population à ce gaz. La Direction de santé publique des Laurentides intervient au niveau régional. 

Même s’il est encore mal connu de la population, le risque de  cancer du poumon (246 Ko)  associé à l’exposition au radon d’origine naturelle dans les maisons est bien réel et il peut être contrôlé.

Protéger votre famille de ce risque est souvent simple et peu coûteux. Vous pouvez le faire efficacement, en deux étapes :

  • mesurer la concentration de radon dans votre maison;
  • effectuer les travaux correctifs, si nécessaire.

Liens utiles

Vers le haut


Dernière mise à jour le : 24 janvier 2017


© Gouvernement du Québec 2017