Aller au menu principal
Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides.
Accueil  >  Santé publique  >  Environnement  >  Radon  >  Certains secteurs des Laurentides sont propices aux émanations de radon

Certains secteurs des Laurentides sont propices aux émanations de radon

En général, la population québécoise semble relativement peu exposée au radon dans les bâtiments. Toutefois, dans la région des Laurentides ainsi que dans quelques autres régions du Québec, certains secteurs sont plus propices aux émanations de radon.

Pour ce qui est des Laurentides, on a mesuré des concentrations nettement plus élevées que la moyenne québécoise dans des secteurs d’Oka, de Saint-Joseph-du-Lac, de Saint-André-d’Argenteuil et de la MRC d’Antoine-Labelle. Ces secteurs sont situés sur des formations géologiques riches en uranium. La Direction de santé publique des Laurentides y est intervenue, en collaboration avec les municipalités concernée, afin de protéger la santé de la population.

Ces interventions ont eu lieu dans les années 1990 à Oka, de Saint-Joseph-du-Lac et Saint-André-d’Argenteuil. Il s’agissait de la première opération du genre au Québec. Dans les années 2000, certaines municipalités de la MRC d’Antoine-Labelle ont à leur tour fait l’objet de mesures de protection particulières face au risque d’exposition au radon dans les habitations : information de la population,  mesure des taux d’exposition, encouragement à effectuer les travaux correctifs nécessaires.

Si vous habitez dans un de ces secteurs propices aux émanations de radon, il est toujours temps de mesurer le radon dans votre maison pour protéger votre famille, si vous ne l’avez pas encore fait. Rappelons que même si vous n'habitez pas dans un secteur à risque, ça ne garantit pas que votre maison soit exempte de radon.

La Direction de santé publique des Laurentides encourage toutes les municipalités et en particulier celles qui sont situées dans des secteurs à risque à mettre de l’avant des règlements municipaux concernant la construction de maisons neuves, en conformité avec la  ligne directrice de Santé Canada (992 Ko) et l’édition de 2010 du Code canadien du bâtiment.

Par son action à Oka et Saint-Joseph-du-Lac, la Direction de santé publique des Laurentides, appuyée financièrement par la Régie régionale de la santé et des services sociaux des Laurentides, a contribué, durant les années 1990 et 2000, à faire avancer la recherche sur le radon dans l’air intérieur. La Direction de santé publique des Laurentides continue d’exercer sa vigilance dans notre région et elle prête son expertise au niveau provincial, notamment au sein du  Comité intersectoriel sur le radon (235 Ko).

Radon et exploitation minière
C’est la riche teneur en uranium du sol au-dessous et immédiatement autour des fondations de la maison qui peut être un facteur de risque. L’exploration ou l’exploitation d’une mine d’uranium (ou de tout autre minerai) à proximité n’a aucun effet sur les concentrations de radon dans l’air intérieur de votre maison. Elles ne sont donc pas considérées comme un facteur de risque supplémentaire à cet égard.

  

Vers le haut


Dernière mise à jour le : 05 septembre 2013


© Gouvernement du Québec 2017